Screenshot_0567

Cogitatio

Journal de bord d’Allothéïa – Notes personnelles

25 Septembre 3303

Depuis quelques semaines, où que j’aille, tout le monde ne fait que parler du retour des Thargoïdes, avec un mélange de peur, d’appréhension, d’impatience et d’excitation. Sans pour autant demeurer totalement insensible à ces nouvelles, je reste, pour ma part, concentrée sur mes recherches sur les sites thargoïdes. Tant que j’aurais accès à ces sites, je continuerais mes visites et mes études de terrain sur ces installations planétaires. Je veux comprendre ce que c’est, à quoi ça sert, et qui sait ; peut-être pouvons-nous trouver un moyen de communiquer avec eux en comprenant mieux les mécanismes de ces installations ?

Mais voilà que Liz Ryder et Ishmael Palin demandent à nouveau qu’on leur rapporte des matériaux issus de la technologie thargoïde. Fragments de technologie inconnue, résine inconnue, composants d’ordinateur, matière biologique inconnue, etc. Autant d’éléments que les pilotes ne peuvent trouver qu’en retournant sur les sites thargoïdes, en pillant les installations et en détruisant des Charognards.

Ces demandes provoquent à chaque fois un regain d’intérêt pour ces installations thargoïdes, que je trouve quelque peu malsain. En effet, les visites avaient très largement diminué après la période des premières découvertes et des premières expérimentations des sites actifs. C’était même à se demander s’ils n’avaient pas été oubliés par certains… Quoiqu’il en soit, j’avais pu ainsi en profiter pour mener tranquillement mes études sur ces sites redevenus déserts, sans risquer de me faire déranger par des pilotes mal intentionnés. Mais alors que je viens tout juste d’obtenir une soute anticorrosive pour faciliter mes recherches de terrain, je dois maintenant faire preuve d’une plus grande prudence pour poursuivre mon étude, car des pilotes en tous genres rodent à nouveau dans les parages. Parmi eux, des pirates, des mercenaires ou d’autres commandants anonymes, parfois les pires, qui n’hésitent alors pas à attaquer le moindre vaisseau qu’ils croisent.

Cependant, ce qui m’attriste le plus ce n’est pas tant l’insécurité qui accompagne ces demandes pour contribuer à « ces avancées scientifiques » en vue de « préparer » le retour des Thargoïdes ; que leurs conséquences. Certains de ces sites prennent maintenant des allures de champs de bataille, voire même de véritables charniers – quand j’ai le malheur de passer après certains pilotes. Ceux-ci ne sont pas motivés par la Science ; ils sont uniquement avides des récompenses promises par ces deux ingénieurs. Je retrouve alors des carcasses de Charognards gisant sur le sol, parfois encore fumant sous les effets des lasers des SRV ou des vaisseaux qui ont fait feu. L’intérieur des installations thargoïdes, et notamment les salles centrales, sont alors défigurées, les parois criblées ou zébrées par les impacts des armes humaines. A chacune de ces visions, la même question revient me hanter : qu’ont bien pu faire ces Charognards pour être abattus de la sorte ? Eux qui ne sont pourtant même pas hostiles à nos allées et venues sans gênes sur ces sites qu’ils semblent garder et entretenir. Leur seule faute est d’être juste différent, d’être issus d’une technologie qu’on ne comprend pas et qu’au fond certains envient.

On ne sait pas d’où viennent les Thargoïdes, ce qu’ils sont ou qui ils sont, ni ce qu’ils veulent et ce dont ils sont vraiment capables. Et dans le doute, que fait l’Homme ? Il détruit ce qu’il peut, ce qu’il a sous la main, sans chercher à comprendre ! Et il ose même le faire au nom de la « Science », sur la demande de ces « scientifiques » …. Un nouvel exemple de la bêtise humaine, en somme, voilà tout… !

Et ce Palin qui est considéré comme « le » spécialiste en xénobiologie, comme « la » référence pour tout ce qui concerne les Thargoïdes et les technologies aliens en général… ! Quelle blague ! Nous n’avons décidément pas la même conception de la Recherche. Lors de notre première rencontre, j’avais tout de suite constaté cette différence de vision du monde et de prise de position ; cette opposition entre nos valeurs morales et éthiques. Mais je n’imaginais pas à quel point elles étaient divergentes !

J’avais tout d’abord été surprise et quelque peu choquée par ce que Palin avait exigé pour nous permettre d’acheter ses soutes anticorrosives : tirer sur des UA pour en obtenir des fragments et les lui remettre. Or, les bruits émis par ces artefacts au moment de leur destruction, semblables à des cris de douleur et d’agonie, m’avaient glacé le sang. Naïvement, ce n’est qu’une fois que j’avais tiré que je me demandais s’ils pouvaient être vivants et conscients ? Quelle idiote ! Tiraillée par une foule de questionnements, je tentais de me persuader que ces UA n’étaient pas vraiment vivants ; que c’était juste mon cerveau qui humanisait les sons que j’entendais au moment de leur destruction. Palin ne pouvait pas nous avoir demandé de tuer ainsi impunément. Et puis je me raccrochais à mon objectif, me répétant : « J’ai vraiment besoin de cette soute pour poursuivre convenablement mes recherches ; je ne peux pas faire autrement pour pouvoir transporter ces artefacts sans les perdre sur le chemin. Il n’y a pas d’autres moyens… et puis, ce n’est que mon imagination qui me joue des tours… ». C’était plus facile comme ça, mais au fond je dû me rendre à l’évidence : on n’en sait rien ! Et la discussion que j’ai eu ensuite avec Palin lorsque je lui ai apporté ce qu’il demandait me l’a confirmée et a fini de me dégouter.

Tous ses travaux me semblent plus que douteux. J’ai de plus en plus le sentiment que ces expérimentations sont éthiquement et moralement très discutables … Mais il n’a pas voulu m’en dire plus. Il est resté très secret et méfiant. Et je n’ai aucun moyen de savoir vraiment ce qui se trame dans son laboratoire. En fin de compte, cela ne me semble pas si étonnant qu’il ait été recruté par Aegis, quand j’entrevoie quels sont leurs objectifs et la manière dont il fait ses recherches…

Quoiqu’il en soit, malgré cette prise de conscience tardive, j’ai quand même détruit des UA…  Au fond, je ne vaux pas plus que les autres commandants qui détruisent des charognards… !

Je suis maintenant en approche du site thargoïde localisé sur Taurus Dark Region DL-Y D54 ABC 1 C, nommé TS 0113 par les chercheurs de Canonn. Je me rend compte à quel point, j’en ai visité si peu, par rapport aux 217 sites découverts pour le moment!

Alors que je m’approche, je constate que d’autres pilotes sont passés peu de temps avant moi… Je vais devoir encore supporter le spectacle désastreux de ce dont l’Homme est capable et tenter de récupérer quelques informations intéressantes, si elles n’ont pas toutes été saccagées.

J’arrête là les notes sur le fil de mes réflexions actuelles. Il faut que je me reconcentre sur mon travail. J’avais juste besoin de les poser rapidement par écrit. Je viens d’atterrir. Je dois accélérer ces recherches pour essayer d’en venir à bout, au plus vite ; avant que la situation ne dégénère totalement.

Allotheia

2 commentaires

  1. Il est toujours affligeant de voir que la cupidité et la peur de l’inconnu chez l’homme prédomine face au contact amicale et à la “vrai” recherche scientifique.
    Je ne peux que vous encourager dans votre démarche et si les remords vous accaparent, dites vous que le simple fait d’y penser et d’assumer ses actes ne peuvent que vous tirer vers l’avant dû à l’enseignement que vous en tirerais.

    Je me permet aussi d’ajouter que les grands changements de l’humanité sont souvent apparus par une “erreur” de conception ou de finition, par exemple l’excellent breuvage Terrien du Sauterne (un propriétaire rentre trop tard pour superviser les vendanges, il se trouve face à des raisins surmûris et découvre la «pourriture noble» donnant un bien bon breuvage).
    Et pour finir vous valez bien plus que “les autres commandants qui détruisent des charognards” car à la différence d’eux cela vous posent un problème d’éthique.

    Je vous souhaite de réussir dans vos recherches et je terminerais par une citation d’un homme célèbre du quinzième siècle : “Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” de Leonard de Vinci.

    • Je vous remercie Dj-Canna Sugar pour ces mots et pour votre soutien qui me touchent beaucoup.
      Cela fait plaisir de pouvoir échanger avec d’autres personnes critiques sur la situation actuelle.

      Je suis d’accord avec vous à propos de l’apprentissage constant que l’on peut faire en prenant du recul sur nos actions. C’est ce qui nous permet de nous grandir à chaque instant. Néanmoins certaines erreurs de jugement mériteraient d’être évitées, plutôt qu’être éprouvées. C’est également ce genre de choses que l’expérience nous enseigne.

      J’avais déjà entendu parlé de ce vin terrien, mais je ne savais pas qu’il avait été découvert par une heureuse “erreur”. Cette petite anecdote permet finalement de remettre beaucoup de choses en perspective…
      Malheureusement, j’ai bien peur que certaines erreurs faites face aux Thargoïdes ne permettent pas un si beau (/bon) dénouement. Mais je suis peut être trop pessimiste… Nous verrons bien!

      Merci également pour cette belle découverte: je connaissais jusqu’à aujourd’hui plus l’homme pour ses créations que par ses écrits. Et, cette citation convient parfaitement à la situation.

Laisser un commentaire