ACCUEIL | EXPLORATION | CARNETS DE BORD | DISCO CAT | Hipparque, plus qu’un rêve, un espoir.

Hipparque, plus qu’un rêve, un espoir.

Catherine se reposait depuis quelques jours, se remettant des centaines de sauts qu’elle avait effectué en quelques semaines, couvrant d’énormes distances en très peu de temps. Elle essayait de reprendre un rythme normal, mais c’était difficile.
 
Soudain, l’holopad sonna, suivant les protocoles de la fonction réveil qu’elle avait mise en place la veille. Elle marmonna un mot, s’attendant à ce que le vacarme cesse, en vain. Elle réessaya, mais sa gorge n’était pas coopérative. D’une main hésitante elle essaya de faire taire l’appareil mais l’holopad tomba au sol, continuant à émettre la sonnerie. Elle grommela, déglutit, et réussit enfin à prononcer distinctement quelque chose d’une voix rauque.
 
“Extinction, flûte !
– EXTINCTION DE L’ALARME.
– Saleté.”
 
La sonnerie s’arrêta enfin. Elle repoussa le drap de la couchette et se redressa.
 
Ramassant l’holopad qu’elle reposa sur ce qui servait de table de chevet, elle fixa l’heure et la date. Le 6 mai 3303, 7h40 du matin. Et un message de l’archigraphe Heath Huston. Une bonne nouvelle venait de tomber, il était temps de tenir à jour ce carnet de bord.

 

Nouvelle entrée, le 6 mai 3303

C’est fait. Après des semaines de livraisons de ressources, de matériaux, de vivres, la construction de l’université Hipparque a débuté.

Cela ne fut pas de tout repos, et tous les cartographes ont participé au transport du nécessaire, afin que le conseil de Colonia accepte notre visa de migration et nous alloue un système, où il nous restera maintenant à faire construire ces bâtiments.

Nous ne pensions pas arriver à faire parvenir autant de ressources aussi rapidement, en tout cas j’ai été relativement surprise !

Shiny Cat, le cutter affrété pour l'occasion

J’avais même décidé de garder mon Cutter pour sa capacité de transport, même si je comptais le revendre ensuite, n’aimant guère être affiliée à la faction autorisant la possession de ce vaisseau-cargo de luxe. Voyager 22000 années-lumière en Cutter avec la soute pleine n’est pas de tout repos, et cela prend du temps, croyez-moi. Je n’étais pas la seule, loin de là, car des alliés nous ont prêté main forte en pilotant des vaisseaux dotés de gros tonnages. Mais chaque tonne amenée dans le délai qui nous était imparti comptait, chaque vaisseau et aller-retour comptait.

Il est certain qu'une telle capacité de transport en un voyage me manquera...

Notre convoi fut important et fit de nombreux aller-retours. Ce fut un investissement en temps certain, mais cela en valait la peine !

Bien sûr, construire et terminer les bâtiments va demander quelques semaines malgré l’aide des robots de construction et de nos ouvriers et ingénieurs, mais les vitesses de construction n’ont bien sûr plus rien à voir avec celles d’il y a quelques siècles. Aujourd’hui les plans se basent bien sûr sur l’un des modèles standards de base planétaire ayant pour rôle l’éducation et la recherche, et disons qu’avec les années à construire les bases de la même façon, les procédés ont été grandement accélérés.

Tour principale du modèle de base utilisé pour construire Hipparque

Il faudra également quelques semaines pour que le système soit renommé sur les cartes galactiques et que ce changement soit propagé sur les ordinateurs de navigation de l’ensemble des vaisseaux parcourant cette galaxie, il nous faudra être patients. Je laisse à l’archigraphe bien sûr le privilège d’en communiquer  le nom choisi à sa convenance.

Quand à moi personnellement, cela m’enchante, car cela signifie que le départ définitif vers Colonia se rapproche. Un nouveau départ. J’ai d’ailleurs marqué le coup et décidé de revendre le Cutter… il ne me servira plus, même si comme je l’indiquais plus haut le tonnage qu’il peut contenir est assez impressionnant.

D’ici un mois j’aurai probablement fait transporter la majorité de ma flotte sur Colonia, et mes contacts dans les différentes factions déjà établies nous seront d’une grande aide pour établir de bonnes relations avec nos voisins. Et il restera tant à faire dans l’université !

Il est important que la guilde donne une bonne première impression… et je compte bien faire en sorte que ça soit le cas. L’humanité se doit de faire mieux. Elle fera mieux.

Fin de l’entrée

Cat s’étira nonchalamment, imitée par le félidé qui faisait office de copilote, qui semblait impatient, ayant attendu en la fixant qu’elle termine sa rédaction.
 
“– Meow !
– Oui, oui, je sais.”
 
Elle valida l’enregistrement et se leva, se dirigeant vers le casier qui contenait les croquettes, déclenchant une série de miaulements heureux chez son chat quand celui-ci vit Cat en sortir le sachet.
 
“– T’es incroyable ! Je t’emmène avec moi dans mes voyages spatiaux et tu ne penses qu’à dormir et manger. Allez, suis-moi.”
 
Trottant derrière elle, le chat se moquait bien de l’année, du lieu, des rumeurs d’aliens : chez lui, tout ça n’était pas le plus important. Manger et dormir, par contre…

Disco Cat

Après une enfance douloureuse et la perte de ses parents, Catherine Dussey avait besoin d'une nouvelle vie. Laissant son passé derrière elle, elle se consacre désormais au transport de marchandises vers les nouveaux systèmes colonisés pour aider à leur développement, ainsi qu'à l'exploration, en tant que Commandante Disco Cat.

Voir aussi !

une_wp8

Dernier jour en espace civilisé

Entrée de journal : 17 Mars 3305En route vers l’étape 8 L’espace. L’ultime frontière, comme …

Laisser un commentaire