ACCUEIL | DIVERS | Pilotage 102 – Coordonnées géographiques et vol de reconnaissance planétaire en groupe

Pilotage 102 – Coordonnées géographiques et vol de reconnaissance planétaire en groupe

Vous êtes un explorateur assidu ?
Vous cherchez un endroit précis à la surface d’une planète ?
Vous faites fréquemment de la reconnaissance planétaire mais vous ne savez pas encore vous orienter à la surface ?
Vous voulez passer une surface planétaire au peigne fin avec vos compagnons de vol ? 

Peut-être que ce petit guide du bon usage des coordonnées planétaires pourra vous aider !

Les coordonnées planétaires sont affichées en latitude et en longitude.

parallele
Pour notre exemple, nous avons des coordonnées géographiques au [-31.78 / -128.97], plus connues sous le nom des “Ruines Anciennes de Synuenfe” qui rappelleront certainement de bons souvenirs à de nombreux pilotes…

Malheureusement, ED ne nous indique pas ces valeurs sur la carte de surface et nous devons trouver des coordonnées en utilisant des caps (bearing) à la mano, ou au vol aux instruments si vous préférez 😉

 

 

 

Un peu de théorie :

Latitude :
360: augmente la latitude, également appelée Nord 90°
180: décroît la latitude, Sud -90°

En clair, sens positif vers le Nord et sens négatif vers le Sud.

La latitude varie de -90 à 90 degrés. Lorsque vous vous dirigez exactement au 360 ou au 180, votre longitude n’augmentera pas.

Longitude :
90: augmente la longitude, Est.
270: diminution de longitude, Ouest

En clair, sens positif vers l’Est et sens négatif vers l’Ouest.

La Longitude varie de -180 à 180. Au cap 90 ou 270 degrés, votre latitude ne changera pas.

latitudelongitude
Les grilles de références Latitude / Longitude

 

Dans notre exemple, nous avons un point au [-31.78 / -128.97] qui nous indique que nous sommes à la latitude Sud de 31° pour une longitude Ouest de 128°.

A l’échelle de la Terre, nous serions au beau milieu de l’Océan Pacifique Sud, donc au Sud de l’Équateur, précisément entre les côtes du Chili et de l’Australie, quelque part entre Valparaiso et Sydney. Bref, bien à l’Ouest 😉

SYynue
Notez que -31.78 se lit 31.78 Sud et que -128.97 se lit 128.97 Ouest

 

Un peu d’entraînement pour une mission de reconnaissance en groupe :

Je conseille une méthode de recherche effectuée le long des parallèles de latitude plutôt que sur les méridiens de longitude.

En effet, l’utilisation de la longitude signifie que l’espacement entre les pilotes adjacents ne sera pas constant : tous les points passant par l’axe de rotation pôle Nord/Sud et l’Équateur, il y a donc une concentration aux pôles.

Ainsi, la distance entre deux pilotes ne sera bien sûr pas la même selon qu’ils seront situés au niveau de l’équateur ou vers les pôles compte tenu des méridiens qui seront divergents/convergents.

En résumé et pour une recherche optimale, il faut donc placer notre grille de recherche le long de lignes parallèles à une distance prédéfinie, genre 4 ou 5 Km.

Trouver le parallèle de latitude 0° pour se donner un référentiel. Si on veut commencer ailleurs, à 35°N ou à -45°S, ça marchera aussi à condition … de se donner un référentiel !

Rester sur ce parallèle de latitude en utilisant le cap 90°, on file plein Ouest (ou 270°, on file plein Est).

Plaçons maintenant 2 pilotes : le premier reste sur l’Équateur, ou parallèle défini, alors que l’autre se déplace au Nord (ou au Sud) de 4 ou 5 km … en faisant ensuite le tour de la planète le long de son axe de latitude / parallèle défini.

Clean, rinse, repeat … pour renouveler l’opération parallèle après parallèle. On pourra ainsi explorer méthodiquement tout un hémisphère.

 

Un peu de pratique en groupe :

1er passage –> tous les 10° de latitude.
2ème passage –> intermédiaire à 5° de latitude.
3ème passage –> intermédiaire à 1° de latitude.

Selon la taille du corps planétaire, il faut évidemment envisager de fractionner en dessous de 1° pour affiner le filtre de recherche.

Vous l’aurez compris, tourner autour des latitudes plus élevées (+90°/-90°) sera bien moins long que pour les pilotes qui auront la chance et le bonheur de se voir affectés à la reconnaissance des latitudes équatoriales (+30°/0/-30°) par l’Archigraphe.

Il faut un peu de pratique pour se coordonner entre pilotes mais en combinant les deux hémisphères, on peut espérer ainsi explorer méthodiquement toute une planète entière dans la joie et la bonne humeur.

Par contre, il faut se rendre à l’évidence que nous ne disposons pas encore des outils nécessaires pour de l’exploration planétaire d’envergure fiable et/ou opérante car nous sommes strictement limités au peu que nous avons, le tout à une vitesse entre 250/300ms (900/1.200 Km/h) à 3.000 m d’altitude pour une explo “à vue”. Inutile de vous préciser le temps et les moyens humains qu’il faudrait y consacrer pour une planète qui serait trois fois plus grosse que notre bonne vieille Terre …

Fly Fun Cmdrs !

Planete_LGC_Explo

Kadima Kalgar

Après avoir prêté allégeance à la Fédération et soutenu activement Felicia Winters pour ses positions à la tête du combat abolitionniste, Kadima reste convaincu que l'esclavage trouve ses racines dans l’ignorance, l’intolérance et la cupidité et qu'il est impératif d'éradiquer définitivement ce fléau sous ses formes modernes. C'est dans ce contexte que "Kadi" se décide à rejoindre le système 32MU Serpentis et la Guilde des Cartographes dont les valeurs humanistes de liberté et d'indépendance sont les garantes d'un engagement sans faille.

Voir aussi !

sys_terra_darizaag

ZONES TERRAFORMABLES

Nombreux sont les explorateur à 32 Mu Serpentis. Assez fréquemment des nouveaux pilotes décident de …

3 commentaires

  1. Merci cher CMDR Kadima pour ces précieuses informations qui vont nous permettre, je l’espère tout comme vous, de donner une longueur d’avance aux cartographes dans la recherche xeno-archéologique.

    Vous savez à quel point chacune de nos découvertes m’est précieuse.

    • J’ai omis de vous préciser que -Synuefe XR-H d11-102 1 b- offre un rayon de 1.121 Km soit environ une surface de 16M Km2. A titre de comparaison, Pluton la planète naine, serait à superficie quasi égale pour un rayon de 1.187Km. En terme de superficie, c’est l’équivalent … de la Russie qui compte déjà 17M Km2. Maintenant, la Terre, rayon de 6.375 Km pour une superficie de 510M Km2. Soit 30 fois la Russie. Vertigineux n’est-ce pas ?

      Ajoutons ensuite un site antique potentiel de 0.6 Km2, soit 60 hectares, à la surface de Pluton ou de la Terre puis calculons le temps nécessaire pour couvrir méthodiquement toute l’étendue “à vue” de nos deux planètes à la vitesse de 1.000 km/h pour retrouver nos 60 hectares soigneusement cachés. Vertigineusement vertigineux n’est-ce pas ?

  2. Merci Kadima de remettre à l’honneur les cours de première année de l’académie LGC. On oublis vite les bases. Je rappelle qu’une aide au déplacement sur la surface d’une planète entre deux coordonnées, est accessible sur Pythéas.

Laisser un commentaire